Pierre ESCOURROU (1881/1918)

domaine de Moreau, à Carcassonne, aujourd'hui en grande partie disparu

François JOUGLA et son père (assis) au milieu de ses ouvriers.

Pierre ESCOURROU est peut-être sur cette photo

Fils de Paul (décédé vers 1903) et d’Isabelle ou Elisabeth GUILHEM, Pierre ESCOURROU est né le 10 mai 1881 à Carcassonne, domaine de Moreau, quartier Saint-Nazaire. Il est l’ainé d’une fratrie d’au moins 2 enfants.

 

A la suite du Conseil de révision qu’il effectue à Carcassonne-est vers septembre 1901 (classe: 1901 - n° matricule au recrutement : 488/ Carcassonne), il a été déclaré "apte au service armé". A l'époque, il exerce le métier de charretier et déclare résider chez son père au domaine de Moreau, à Carcassonne.

 

Il accomplit son service militaire à partir 15 novembre 1902 au 15 janvier 1904, au 12ème Régiment d’infanterie (Tarbes).

 

Pierre ESCOURROU se marie vers novembre 1905, à Villedubert, avec Eugénie ESCOURROU. Nous savons qu’ils ont au moins un enfant, Paul, né à Villedubert en 1907. Ils s’installeront à Berriac vers novembre 1907.

 

Pierre ESCOURROU exerce le métier de charretier, chez François Jougla (minoterie) à Trèbes en 1910. Il réside à Trèbes à cette époque.

 

Pierre ESCOURROU décède le 19 décembre 1918 en Bavière (Allemagne)    


 

A la mobilisation, le 1 août 1914, Pierre qui a plus de 33 ans est affecté au dépôt du 22ème Régiment d’infanterie coloniale cantonné à Hyères (Var). Pierre ESCOURROU rejoint le dépôt du régiment le 12 août. Sera-t-il des premiers combats ?

 

 

Compte tenu de son âge, on l’affecte au 42ème R.I.C., la réserve du 22ème. Deux autres trébéens y sont affectés Eugène JEANJEAN qui sera tué dans les premiers jours de septembre et Paul GUERRY qui sera tué en 1916. Le 42ème R.I.C. est né avec la Guerre. Sa création, prévue au plan de mobilisation de 1914, avait à peine été ébauchée, quand les évènements se précipitèrent: le 22ème  Régiment d'Infanterie Coloniale lui fournit des cadres; les 15ème et 16ème région lui donnèrent des hommes. L'esprit inventif en matière d'organisation lui acquit, en quelques jours, vivre et matériel. Les diverses opérations pour la formation du régiment se poursuivirent à MARSEILLE, à l'Ecole du Commerce et de l'Industrie, transformée en caserne. Au 8ème jour de la mobilisation, après un travail acharné de jour et de nuit, l'ébauche était devenue une oeuvre complète: le 42ème R.I.C. était constitué à 2 bataillons et 1 compagnie hors rang, à l'effectif total de 30 officiers et 2.254 hommes.

 

 

Le 42ème Régiment d'Infanterie Coloniale entrait dans la composition de la 149ème brigade (75ème division de réserve). Les brigades de réserve comprenaient 3 régiments à 2 bataillons: les 240ème et 258ème régiments d'infanterie de réserve complétaient la brigade. Le 9 août, le 42ème R.I.C. était mis en route, par étapes, sur Avignon, point de concentration de la division. Il cantonnait à Morières (Vaucluse), du 13 au 20 août, période pendant laquelle il perfectionnait son organisation et son instruction. Pierre rejoignait-il son régiment en ce lieu, ou au dépôt de Toulon ?

un campement similaire à celui de Morières-les-Avignon

Quelques hommes d'un Régiment d'Infanterie Coloniale